logo

La chatterie Roselu

[Traduit par Agnès Criado, Chatterie L’ île des Lionnes]

Tucson, Arizona 1977-87
Par Helen Louise Wohlfort, d'après Beverly Caldwell


Kayenta La Paloma of Roselu

Kayenta La Paloma of Roselu

Pendant les jours tranquilles avant la Seconde Guerre Mondiale, j'étais une petite fille qui vivait dans une petite ville du sud de l'Arizona. Une famille venant d'un état appelé le Maine emménagea dans notre ville, et leur chat était le plus gros chat que j'avais jamais vu. Ils disaient que c'était un " Shag du Maine ". La fille de cette famille avait mon âge, et nous sommes vite devenues amies. Nos jeux, lorsqu'elle amenait ce grand chat brown tabby, figurent parmi mes meilleurs souvenirs. Quand j'y repense, je sais que dès le premier jour où je l'ai vu, j'ai voulu avoir le même.

Trente cinq ans ont passé et j'avais tout oublié des Shags et d'un état du nom de Maine. En 1975, j'ai lu un article sur la race du Maine Coon dans Cats Magazine, et j'ai été très étonnée de voir les photos de ce chat du Maine, tant d'années plus tard ! Bien sûr, ce n'était pas lui, mais cet ancien amour ressurgit lentement dans mon cœur. Plus tard, je suis allée à une exposition féline à Tucson et j'ai fait la connaissance du premier vrai Maine Coon de ma vie. C'était Zig-Krn My Boy (je ne me souviens pas de son nom officiel, c'était peut-être Morace's My Boy of Zig-Krn). Il était seul, sans surveillance ; je savais qu'il ne fallait pas le toucher, mais je n'ai pas pu m'empêcher de lui parler ! Nous avons eu une grande conversation pendant un bon moment, puis Karen Kozaczka est arrivée et a dit " Il ne vous voudra pas vous parler ". J'ai dit "Mais nous avons parlé pendant 10 minutes ! ". Karen fut très surprise car il ne parlait jamais aux étrangers !

Début 1976, j'ai adhéré à un Cat Club local et je suis devenue une participante active du Cat Fancy. En juillet, je suis allée pour la première fois à une exposition féline en tant qu'exposante, avec mon chat de maison - une grande chatte noire et blanche appelée Diablo dite Dab. Elle avait 9 ans, n'avait jamais participé à une exposition, et elle montra rapidement qu'elle n'était pas faite pour ça. Elle fut très grincheuse et très malheureuse, et ce fut sa première et dernière exposition.


Les débuts de la Chatterie Roselu

De ce jour, j'ai été conquise par les Maine Coons et j'ai vraiment voulu en avoir un. J'ai écrit aux éleveurs qui avaient mis des annonces dans Cat Magazine et j'ai été surprise de ne pas recevoir beaucoup de réponses ; j'ai appris qu'ils étaient habitués à vendre des chatons par téléphone. Helen Andre (Illya) a été l'un des quelques rares éleveurs qui m'ont répondu. Elle m'envoya les photos des chats disponibles ; j'ai pris Illya's Yankee Patriot qui avait juste 3 mois quand il est arrivé à Tucson par avion cargo en octobre 1977. (Il est arrivé jeune à cause des conditions climatiques : elle devait le faire voyager avant qu'il fasse trop froid dans le Connecticut pour pouvoir l'envoyer). J'avais prévu de le stériliser et de le sortir en exposition en catégorie neutre, mais j'avais déjà l'idée d'élever en tête, et j'en ai parlé avec Helen. Elle n'a pas émis d'objection et j'ai rapidement changé d'avis au sujet de la stérilisation. Ce chat fut le fondateur de la chatterie Roselu. Ma première femelle fût Felton's Feather of Zig-Krn (of Roselu en CFA).

Le nom Roselu vient de ma passion pour les roses, de la moitié de mon prénom (Louise) et d'un cadeau publicitaire - une plaque d'immatriculation personnalisée gratuite pour ma nouvelle voiture. Je voulais " Roselou " mais seules 6 lettres étaient autorisées, alors j'ai abandonné le " o ". C'était bien des années avant la Chatterie Roselu mais cela m'a paru tout naturel lorsque j'ai eu besoin d'un affixe. Ensuite, il m'a paru tout aussi naturel de donner des noms de roses à mes chats ! J'avais sous la main un livre publié par l'American Rose Society qui donnait le nom de toutes les roses enregistrées. Les noms des chats Roselu ont été Peace, Golden Party, Lady Godiva, Rococo, et mes deux Maine Coons qui vivent toujours avec moi sont Passport et Finale, tous deux des noms de rose.


Roselu Passport

Roselu Passport, né le 17 Septembre 1984

Mon Yankee ne serait pas très bon pour le standard actuel du Maine Coon, mais il n'était pas trop mal pour l'époque. Il était de type CFF avec une tête et un corps plus courts que ce que nous voulons maintenant, mais il avait des yeux magnifiques et de bonnes oreilles. Il avait aussi une bonne inclinaison qui manque parfois aux museaux plus longs actuels. Il pesait autour de 12 lbs (6kg) à maturité, et il a engendré une seule portée, dont est issu le père de La Paloma, Roselu Blue Star. Yankee déclara une infection urinaire à 15 mois et une uréthrostomie périnéale fut pratiquée pour lui sauver la vie. Avant d'être retraité, il fut titré en UCF, ACA, ACFA, TICA et CFA. Ses reins ont cessé de fonctionner à 12 ans, et j'ai été contrainte de le faire endormir.

Au fil des années, j'ai surtout croisé mes chats avec les lignées Charmalot et plus tard Morace. Sans être très grands, mes chats ont toujours été en bonne santé. Je suis fermement convaincue qu'élever avec des gabarits excessifs contribue à la dysplasie des hanches. Comme d'autres éleveurs, j'ai développé ma propre conception de ce que j'aime chez le Maine Coon et je ne suis pas toujours en accord avec les autres. Je préfère encore l'ancien type. L'ancien standard dit que le Maine devrait sembler avoir un museau en forme de boite, et je suis d'accord. J'aime les corps plus longs mais pas les têtes en forme de " ballon de basket ball ", ou les museaux " d'alligator ". Je les aime entre les deux, avec un museau ferme et perpendiculaire. Je préfère un Maine avec la collerette sur le poitrail et les épaules plutôt qu'autour de la tête. Je n'aime pas non plus ces gros museaux que certains disent " sauvages ". En fait, je pense que le mot " sauvage " est mal approprié. J'ai vu beaucoup de mâles au look sauvage avec de larges joues d'étalon, mais je n'en ai jamais vu un avec de gros patons.


Des ladies colorées


Roselu Garden Party

Roselu Garden Party.
Première tortie tabby inscrite
en CFA (son numéro finissait par 0001).
Née le 28 Octobre 1978.

Pour les couleurs, je me suis lassée de toutes ces portées de brown tabby et je me suis spécialisée dans les bicolores et les " ladies colorées ". Les high white sont mes préférées dans la classe des tabbies aujourd'hui, mais les bicolores sont ma passion, suivis de près par les Almond Joys (note de l'Editeur : Almond Joy = Cameo), et les calicos. Je préfère la personnalité des bicolores parce qu'ils sont toujours très doux. Je sais qu'il y a des désaccords sur le fait que les traits de caractère du chat soient liés ou non à la couleur, et bien qu'un bicolore, une tortie ou une calico puisse avoir du succès sur les podium, ils doivent cependant être grands. Par le passé, les juges semblaient en général plus disposés à primer les brown, ou brown et blanc, mais d'autres couleurs semblent arriver plus souvent en finale dernièrement, les noirs, les roux et les silvers. J'aimerais voir plus de juges évaluer le chat et non les kilos.

Je suis intimement convaincue que les éleveurs devraient élever en fonction du standard plutôt que de changer le standard pour que les chats qu'ils élèvent y correspondent, ce qui a pour résultat les types différents que nous voyons maintenant. Le Maine Coon bénéficie actuellement d'une grande popularité, mais si nous voulons perdurer, nous devons décider quel type nous voulons et tout le monde doit élever dans ce sens. (Oui je sais, mettre tous les éleveurs d'accord ne se fera pas d'un coup de baguette magique). Les éleveurs doivent avoir en tête un idéal et élever pour s'en approcher, sans se préoccuper des couleurs. Comme le dit l'adage, " Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs ". Ainsi, le standard ne dit pas que le Maine Coon doit être un très grand chat. Il est dit " moyen " dans la plupart des associations bien qu'il me semble que la TICA ait changé le descriptif de " moyen à grand ". Dans mon esprit, cela ne veut quand même pas dire des chats de 10kg prédisposés à des problèmes de santé à cause de leur taille. Pour moi, la focalisation sur le gabarit uniquement, sans prêter attention au type et à l'harmonie, est préjudiciable.


Roselu Finale

Roselu Finale,
Née le 13 Janvier 1987

Les chatteries avec lesquelles j'ai le plus travaillé sont Charmalot, Kiskata, Friscoon, Morace et Heidi Ho. Les vieilles lignées Illya et Zig-Krn (Morace) ont été décisives pour mes premiers succès. Mes meilleurs chatons viennent de lignées extérieures comme Friscoon, Charmalot, Kerry Kits et Kiskata. Les meilleurs chats que j'ai jamais élevés sont issus de Charmalot Strawberry of Roselu. On peut voir sa photo dans le livre " This is the Maine Coon Cat ", de Sharyn Bass, page 56. Au milieu de ce livre, il y a la photo d'un petit-fils de 'Berry, Roselu Rococo dit Rocky. J'ai eu quelques Grands Champions CFA comme: Illya's Yankee Patriot of Roselu, Roselu Blue Star, Roselu Apache Bell, Roselu Passport, Roselu Hi Ho (Ruffles), Kayenta La Paloma of Roselu. La Paloma a été élue la Calico de toute l'Amérique en 1980; Passport fut le 17ème Best Inter American ACFA neutre en 1989; Blue Star obtint un Best of Breed Régional.

En 1985, Roselu envoya quelques uns des premiers Maine Coons en élevage en Angleterre, sur la demande d'Anita Rowsell de la Chatterie Pusiluv - à côté de Lewes, dans le Sussex (Kiskata, Solkatz et Mary B y envoyèrent aussi des chatons). Elle choisit une femelle de Roselu, Kayenta La Paloma of Roselu, une bleue-crème et blanc, qui avait été saillie par Roselu Pharaoh, un red tabby et blanc, un fils de Charmalot Strawberry of Roselu et de Heidi Ho Sonkey Bill, mais pas un clone. La Paloma donna naissance à la première portée de Maine Coons en Angleterre. Les chatons de Roselu Rendez-Vous (mâle crème tabby et blanc) et de Roselu Patience (calico), une petite-fille de Friscoon's Buffalo Bill, les ont aussi rejoints. Aujourd'hui, il n'y a pas de trace de Patience, sauf dans un petit nombre de pedigrees où elle figure ; Rendez-Vous est neutré, et coule une vie heureuse, choyé en Suède. La Paloma, née juste avant le mariage de Lady Diana et du prince Charles, a été endormie le jour des funérailles de la Princesse Diana.


Redonner la vigueur des Hybrides par l'outcrossing


Solkats Luciano P

Solkats Luciano P

L'utilisation de chats de fondation sans pedigree est un sujet de discussion fréquent aujourd'hui. Quand le CFA a fermé le livre des origines, j'étais pour, mais maintenant, je réalise que nous n'avions pas un patrimoine génétique suffisamment important. Des dispositions devraient être prises en faveur des chats de fondation ; cependant, ils ne devraient pas être présentés en exposition, même en catégorie neutre, avant au moins la 3ème génération. C'est comme pour la consanguinité sur la lignée (line breeding), j'avais dit que j'étais pour, mais le secret de la réussite, c'est " avec beaucoup de précautions ! ". On ne devrait pas faire de la consanguinité sur la lignée sur plus de trois ou quatre générations et ensuite il faudrait faire des mariages outcross pour redonner la vigueur des hybrides, par exemple le gabarit et la bonne santé. Travailler en permanence en outcrossing aurait pour résultat des chats qui pourraient avoir, ou non, un bon tempérament ou un bon type. Le juste milieu est la solution idéale. Faites de la consanguinité sur la lignée pour fixer " votre look " et faites de l'outcrossing de temps en temps pour conserver santé et vigueur.

Je conseillerais aux nouveaux éleveurs d'étudier la génétique et les techniques d'élevage soigneusement, et de ne même pas songer à élever des chats avant d'avoir présenté en exposition un neutre, pendant au moins une saison entière - et ne jamais sortir en exposition un chat qui n'aime pas cela. Apprenez tout ce que vous pourrez concernant les expositions, participez à des expositions, les papiers administratifs que cela requiert, les usages, ...etc. Et aussi, apprenez à être clerc en exposition, afin d'apprendre des choses que vous ne pourrez jamais apprendre en simple spectateur - vous voyez tous les chats de l'exposition et vous observez ceux qui montent sur le podium ; les juges vous donnent souvent des éclaircissements sur leur décision de mettre en avant un chat plutôt qu'un autre. Et aussi, avant d'acheter votre premier reproducteur, de préférence une femelle, décidez d'un budget. C'est un point essentiel parce que l'élevage de chats est un loisir coûteux -n'espérez pas en tirer un bénéfice ! Quand j'ai commencé, je n'aurais jamais pensé envoyer un chat pour la reproduction en dehors de mon état ; maintenant, c'est souvent le meilleur moyen d'améliorer le travail de votre chatterie.


Commencer avec une " bonne matière première "


Dans le coin à gauche : Roselu Blue Star
Dans le coin à droite : Felton's Feather of Roselu
(of Zig-Krn dans d'autres associations)
Ci-dessus : Illya's Yankee Patriot, né le 7 Novembre 1977

Je suis intimement convaincue qu'il vaudrait mieux acheter le pedigree, que le chat. Le chat en lui-même peut ne pas être de qualité exposition, mais le pedigree peut contenir beaucoup de chats bons voire exceptionnels. Ne travaillez pas avec un chat dont les ancêtres avaient beaucoup de défauts et travaillez toujours avec le meilleur mâle que vous pourrez trouver. Si une chatte a des défauts, mais un bon pedigree, l'étalon peut compenser ses défauts. N'essayer pas de faire d'économies sur votre étalon ; il sera le pilier de votre chatterie, alors achetez le meilleur que vous pourrez vous permettre. N'essayez pas d'acheter pas cher, et d'élever avec en pensant améliorer par sélection - cela revient finalement plus cher que d'acheter un bon chat pour commencer. De toute façon, je ne pense pas que vous pourrez améliorer les caractéristiques de base - vous devez commencer avec une bonne " matière première ". Si vous voyez un très beau chat en exposition, ne cherchez pas à avoir un de ses chatons, mais essayez plutôt d'obtenir une saillie de son père ! Et manipulez les chatons dès leur naissance - ils seront plus disposés à aimer les humains quand ils seront grands.

J'ai arrêté l'élevage de chats lorsque j'en ai eu 20 à la maison et que j'ai réalisé qu'avec la longévité des Maine Coons, si j'avais besoin de récupérer n'importe quel chat né chez moi, je compterais encore plus de chats à 70 ans ! Vous savez, je pense qu'élever de manière responsable, c'est accepter et être capable de reprendre chez soi n'importe quel chat produit par son élevage, si cela est nécessaire. De plus, je trouve irresponsable d'élever des chats qui vous survivront. Heureusement, je sais que je n'ai à me soucier du sort d'aucun des chatons que j'ai élevés. Aujourd'hui, deux " anciens " de mon propre élevage me tiennent compagnie - Passport (14 ans puisque c'est un frère de Roselu Hi Ho (Ruffle) et de Roselu Rendez-Vous, et Finale (11 ans ½), mon tout dernier chaton, qui est revenu à l'âge de 5 ans. Je n'ai plus présenté de Maine Coon en exposition, mais j'aime bien montrer des chats de maison et d'autres races aussi. J'habite toujours dans le sud de l'Arizona, je suis une enfant plus âgée maintenant, dans une ville bien plus grande, toujours amoureuse des Maine Coons et du souvenir de ce Shag très spécial, il y a très, très longtemps.



© "Maine Coon International", numéro 16, 1998.
Texte publié avec l'autorisation de l'auteur.


Note du rédacteur : En ce qui concerne "Roselu Patience" (mentionnée plus haut), nous avons reçu un e-mail de l'un de ses derniers propriétaires : "Dans l'article, il est fait référence à Roselu Patience et au fait qu'il n'y a aucune trace de ce qu'elle est devenue. Bon, je peux compléter une petite partie de l'histoire. Vers la moitié des années 80, mon épouse et moi même vivions en Angleterre et nous étions intéressés par l'achat d'un Maine Coon. A cette époque, Anita de la chatterie Koonluv avait décidé que Patience n'aurait pas de nouvelle portée et elle accepta de nous la vendre à condition que nous ne la fassions pas reproduire. J'ai hélas perdu de vue Patience après que ma femme et moi ayons divorcé mais à l'époque, en 1990 , c'était toujours une très belle chatte avec un caractère fantastique...". Nick Edwards, Septembre 2008.